Rechercher

Une transat’ à portée de main

11 mai 2020, en même temps que toute la France, c’est la fin du confinement en Martinique. Nous en profitons pour sortir une première fois de notre rayon d’un kilomètre et aller découvrir les environs de la petite baie dans laquelle nous avons vécu notre confinement paisiblement. Le soir, c’est également l’occasion pour fêter nos retrouvailles avec des bateaux voisins et amis. Nous avons passé notre confinement juste à côté de David et Claire et c’est un réel plaisir de se retrouver autour du ti-punch traditionnel !




12 mai : 1ère téléconsultation de Côme concernant un début d’infection à la main due à une épine d’oursin (malencontreusement reçue lors d’une pêche à la langouste le début mai). Affaire à suivre.


13 mai : arrivée de Ahoy en Martinique. Cet équipage, parti en même temps que nous, composé de 4 jeunes hommes, dont Alexandre atteint de la mucoviscidose et greffer des deux poumons depuis 3 ans ! Ils ont passé leur confinement en Guadeloupe et Alexandre a été rapatrié au début de la crise sanitaire. Pour eux c’est la fin de l’aventure : le confinement a changé leur plans, ils revendent leur voilier en Martinique et repartent en métropole par les airs… Mais c’est l’occasion pour nous d’enfin faire leur connaissance de manière plus approfondie (pendant les 9 premiers mois de l’aventure, nous les avions croisés qu’une seule fois, en coup de vent) et de découvrir les dessous de leur aventure.


14 mai : 2nd téléconsultation pour la main de Côme.


16 mai : tournée à la capitale Fort de France. Recherche active d’une liseuse dans tous les magasins possibles et imaginables pour Paul pour la transat’ retour qui s’approche à grand pas. Après une radio, un IRM et une échographie pour la main de Côme, les médecins semblent confiants pour partir en transat’ et donc le risque d’infection est faible. Il fallait bien s’en assurer car une fois partis nous n’aurons aucun accès aux soins pendant 25 jours ! Côme est tout de même mis sous antibiotiques.


17 mai : journée banalisée pour les 4 matelots pour fêter l’anniversaire de Paul. Une véritable orgie culinaire : burgers, frites, pizzas, crêpes, tarte au citron… Le tout fait maison de A à Z !





25 mai : dernier avitaillement en Martinique avant la transat’, escale au port du Marin pour les derniers petits travaux sur Kerwatt. Départ en Guadeloupe prévu pour le lendemain et en transat’ à la fin de la semaine.


26 mai : gonflement inquiétant de la main de Côme. Départ en urgence à Fort de France pour avoir un dernier avis des médecins avant notre grand départ…

La radio est formelle, il y a une infection de la gaine de l’index : il va falloir opérer. L’opération est prévue 3 jours plus tard


29 mai : nouvelle tournée à Fort de France des 4 matelots. Opération liseuse de nouveau ratée pour Paul ; opération de la main réussie pour Côme. Si Côme cicatrise bien, nous pourrions partir en transat 15 jours plus tard. En attendant, c’est baignade interdite et repos forcé.


30 mai : en tant qu’infirmière de bord, Charlotte change quotidiennement le gros pansement de Côme avec une précision et efficacité chirurgicale.






Les 4 et 5 juin, nous profitons du rétablissement encourageant de Côme pour visiter le cœur de la Martinique. En effet cela fait près de trois mois que nous y sommes et nous ne connaissons que quelques endroits stratégiques : le mouillage des Anses d’Arlet, la base nautique et le Leclerc du port du Marin, ainsi que l’hôpital de Fort de France… C’est donc l’occasion pour nous de randonner sur la fameuse presqu’île de la Caravelle, au nord de la montagne Pelée entre Grand’Rivière et l’anse couleuvre et de visiter notre première distillerie des Antilles.




Nous sommes tombés sous le charme du nord de la Martinique, nous décidons donc d’y aller avec Kerwatt pour profiter du mouillage lors de nos derniers jours sur cette belle île (et non pas Belle-Ile !). Lors d’une ballade à terre Camille, Charlotte et Côme reviennent avec une dizaine de kilo de mangues trouvées sur la plage, par terre. Grâce à cette cueillette miraculeuse, nous découvrons tous les jours une nouvelle recette à la mangue : gâteaux, compote, tartes, samossa, fondue au chocolat avec des mangues… Un délice !

Le 7 juin au soir, nous levons l’ancre et les voiles pour mettre cap vers Marie Galante au nord, dernière escale (est-ce vraiment la dernière ?) aux Antilles pour Kerwatt et ses matelots avant la transatlantique retour. Mais cette courte navigation d’une quinzaine d’heures, va nous donner du fil à retordre…


Paul