Nous contacter : 4matelots@gmail.com

Suivez nous : 

  • LinkedIn Social Icône
  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Youtube
Rechercher

On a traversé un océan à la voile !

écrit par Côme

Le 27 janvier, 04h du matin, heure 4 matelots (Copyright2020) :


La GV claque dans tous les sens. Nous avons pourtant essayé de la fixer solidement par deux bouts mais la houle est plus forte. Nous avançons à deux nœuds, moins de 4km/h ! Heureusement la nuit étincelante, sans lune, est un spectacle à elle seule. Les yeux perdus dans les étoiles, je discerne à l’horizon un halo de lumière. Levé de lune avec 4 heures d’avance ? Bizarre. Cela doit être Barbade, situé à plus de 60 miles nautiques (100 km) de nous !

C’est formidable ! une trace de civilisation après 16 jours en pleine mer !


Plus qu'un jour !

A 05h du matin, je décide d’actualiser la météo. La procédure est toujours la même, il faut allumer l’Iridium, attendre qu’il trouve ses satellites, régler la maille des gribs et attendre longtemps qu’il télécharge les fichiers météos. Que des mauvaises nouvelles ce matin, le vent ne revient pas avant 48h et de gros orages devraient faire leur apparition. Inutile de se mettre en difficulté, nous prenons la décision tous les 4 de faire cap vers la Barbade. Plus que quelques heures de navigation donc !

11h : A une quarantaine de miles de Barbade une forme ronde et noire fait son apparition à quelques mètres de Kerwatt. Nous pensons à une baleine, l’excitation est à son comble. Tout à coup une tête de tortue sort de l’eau, comment est-ce possible ? Sa large carapace fait apparaitre de longs traits. On la croirait tout droit sortie de Jurrasic Park ! Nous aurons plus tard plus d’explications sur ce reptile : il s’agissait de la tortue luth, la plus grosse espèce de tortue sur terre. Cette arrivée commence très bien.


Nous passons l’après midi à jouer aux cartes. Vers 15h, la terre fait son apparition.

22h Nous sommes plus qu’à quelques miles de Barbade. Un vent de terre se lève. Nous sommes impressionnées par l’odeur que dégage cette île. Après tant de temps confiné dans l’océan nous avons gagné une nouvelle sensibilité olfactive. Charlotte croit reconnaître une odeur de rue, Camille y perçoit plutôt les saveurs du bois mouillé, et je reconnais pour ma part l’odeur des draps propres…

00h Nous posons enfin l’ancre à la Carisle Bay devant Bridgetown. Ca y est nous avons traversé un océan à la voile ! Notre premier objectif est de sentir la terre sous nos pieds ! Le guide nautique fait état d’une ville tranquille et animé. Nous sautons dans l’annexe et partons à terre. Nous ne rencontrerons personne. Etrange sensation de pouvoir enfin marcher sur plusieurs dizaines de mètres, de ne plus avoir à se tenir, de se sentir libre d’aller ou de venir !


Arrivée à Brigdetown

Le 28 janvier, nous pensons partir à la découverte de Barbade. Seul problème, les douanes. Il faut marcher jusqu’au port de commerce où des immenses paquebots déversent un flot continue de touristes.


Après plusieurs heures à la douane

Pour rentrer dans le port commerce, il faut remplir une crew liste, donner les papiers du voilier et recevoir un bracelet de visiteur. Ensuite direction la direction de la santé du port dans laquelle Charlotte doit remplir 2 crews listes et certifier que personne n’est malade à bord. Direction ensuite les douanes, puis l’immigration puis le bureau des taxes.

En tout, nous devons remplir plus d’une dizaine de fois le même document, petit problème d’optimisation.






La journée est déjà passée et en cadeau d’arrivée nous avons découvert le duty free du port de commerce …


Heureusement la Carisle Bay présente une plage paradisiaque avec une eau turquoise et de nombreuses tortues de quoi comprendre que nous sommes bien arrivés aux Antilles !