Nous contacter : 4matelots@gmail.com

Suivez nous : 

  • LinkedIn Social Icône
  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Youtube
Rechercher

Les Canaries : c'est parti mon kiki !

Mardi 1er octobre :


Il est maintenant 22h lorsque nous approchons de Santa Cruz à Ténérife. Nous étions partis à 4h du matin pour arriver de jour. Une gigantesque plateforme pétrolière nous accueille. Je tiens la barre tout en restant vigilante : le trafic est dense entre les chalutiers, les ferry et les énormes porte-conteneurs. Pendant ce temps, Paul nous prépare un kidchi à l’indienne. Il en profite pour l’assaisonner avec le piment acheté au marché de Funchal à Madère. Malheureusement, le reste de l’équipage a le palais plus sensible que Paul !

Dorada : la bière des Canaries

Nous profitons de ces quelques jours à Santa Cruz pour mettre à jour notre site et travailler sur notre première vidéo. Voilà déjà 1 mois que nous sommes partis ! Nous rencontrons également le voilier Sirius membre aussi de l’association Voiles sans Frontières : cette sympathique famille sera aussi de passage dans le Sine Saloum.

Après une manœuvre de port un peu sportive, la cheville de Côme se dégrade. Je l’accompagne donc au centre de santé de Santa Cruz… où le personnel ne parle ni français, ni anglais ce qui n’est pas évident pour des LV1 allemand. Heureusement, Google traduction est de plus en plus performant.









Dimanche 6 octobre :


Nous décidons de partir pour Gran Canaria qui est l’île centrale de l’archipel des Canaries. Il s’agit d’une petite navigation de 10 heures mais le vent et les vagues sont fortes. Cela faisait bien une petite semaine que nous étions au calme au port et l’amarinement est un peu rude…

Nous arrivons le soir à un mouillage près de la Punta Sardina.

Lundi 7 octobre :


Punta Sardina : petit village de charme mais très excentré

Pendant la nuit, nous nous rendons compte que le mouillage est assez rouleur ... Il est devant une belle plage de sable noir avec de bons rouleaux, ce qui signifie que le voilier se laisse facilement balloter par les vagues. Nous décidons d’aller à terre pour une joli randonnée mais en nous renseignant auprès du centre de plongée, ce mouillage s’avère être loin de tout chemin de randonnée et le trafic de bus peu fiable…








Mercredi 9 octobre :


Nous décidons de nous diriger vers le port d’Agaete. Il s’agit d’un petit port de commerce où seulement une place serait disponible pour un voilier comme le nôtre. Impossible de les joindre à la VHF ou au téléphone pour savoir la disponibilité mais nous tentons quand même d’y aller fatigués par ce mouillage trop rouleur. Heureusement, il y a une place pour nous juste pour la journée. Nous partons alors en excursion en nous arrêtant tout d’abord pour déguster la spécialité des Canaries : les papas arugadas qui sont des pommes de terre accompagnées de la sauce mojo (sauce typique à base de poivrons, de piment, de cumin et de paprika).




Nous partons ensuite randonner dans le magnifique Parc Naturel Tamadaba.

Puis nous larguons les amarres pour Las Palmas qui est le port principal de Gran Canaria. Une navigation de 30 milles nous attend ce qui laisse présager une arrivée à Las Palmas vers 1h du matin en partant vers 19h d’Agaete. Nous partons ainsi confiant de notre calcul et contents d’avoir pu profiter du joli port d’Agaete. Je suis particulièrement chanceuse car ce jour-là, je suis de quart de 4h à 6h et étant donné que nous arrivons théoriquement à 1h, je n’aurai pas à me réveiller.

Ainsi commence la plus grande désillusion nocturne :

Finalement, le vent annoncé ne se montre pas et je suis réveillée à 2h du matin par le moteur. Cela faisait plus de 2h que nous étions bloqués dans la pétole. Nous arrivons finalement à 6h à Las Palmas.


Cap vers Las Palmas