Rechercher

Les Acores : dernier grand coup de coeur

8 juillet 2020,


Après une première nuit complète depuis 24 jours, nous n’avons pas encore le droit à une grasse mat’ ! A 8h, nous sommes debout et attendons avec impatience mais aussi appréhension notre passage pour le fameux test Covid. Une fois le coton tige passé et la petite larme coulée le long de la joue, nous sommes de retour à bord de Kerwatt pour l’attente des résultats.

Le lendemain, la douce voix de la VHF annonçant les résultats des tests nous réveille : « Pour Kerwatt : tous négatifs » ! Nous sommes libres juste à temps car deux heures après les résultats, nous accueillons Charles et Lucie (le frère de Côme et sa petite amie), nos deux nouveaux matelots pour les dix prochains jours ! Nous n’avons qu’une hâte, découvrir Faial et sa capitale Horta !




Horta est LE port légendaire pour une arrivée de transat’ ! On y retrouve le Peter’s Café Sport, un bar, perdu au milieu de l’Océan Atlantique mais connu pour être le point de rencontre des marins. La majorité y passe ou y est passé, parmi eux, les plus grands tels que Moitessier, ou Tabarly ! Nous ne pouvions passer à côté du traditionnel Gin Tonic, spécialité de la maison.


Une fois le passage au Peter’s Café effectué, nous partons tous ensemble à la découverte de l’île ! Au programme : ballade dans les cratères et baignade dans les piscines naturelles. Quel bonheur que de se dégourdir les jambes après 26 jours sur Kerwatt.


11-12 juillet – Séjour à Pico

Nous partons en week-end direction Pico, la petite île située en face de Faial. Nous nous y rendons en ferry car l’île n’est pas adaptée pour accueillir les voiliers. C’est avec un petit pincement au cœur que nous troquons Kerwatt pour une petite maison perdue au milieu des vignes. (Tout de même très heureux de retrouver un vrai lit pour quelques jours).


Le lendemain, nous partons nous confronter au Pico, plus haut sommet du Portugal (2 351m). Après 3h d’ascension, nous arrivons en haut et nous pouvons admirer la magnifique vue !



Lundi 13 juillet,

De retour à Faial, nous profitons de ce dernier jour pour laisser notre marque sur la jetée du port d’Horta. Et oui, après le gin tonic du Peter’s Café, la seconde tradition est que chaque équipage dessine sur le sol ou sur les murs du port un dessin pour marquer son passage sur cette île mythique. Munis de pots et pinceaux, nous nous sommes improvisés artistes peintres le temps d’une heure ou deux pour tenter la reconstitution de notre logo dessiné par Numéro 7.




Mardi 14 juillet, 5h du matin

Nous larguons les amarres en direction de Terceira, troisième île de notre périple açorien ! Ce fut une très belle navigation entre les îles pendant laquelle nous étions à l’affut de rencontres avec les célèbres mammifères marins qui peuplent cette région. Nous avons pu en observer quelques-uns et je garderai en mémoire un superbe banc de grampus, mélange entre une petite baleine et un dauphin !


Notre séjour à Terceira a été rythmé par la visite de la capitale, Angra Do Heroïmo, classée patrimoine mondiale de l’Unesco, quelques randonnées dans l’île, la visite d’une grotte (la grotte d’Algar do Carvao : un puit de 80m crée par la lave) et une ballade au milieu des fumées de souffre.




17 – 20 juillet : Séjour à Sao Miguel

Après 24 heures de nav’, nous arrivons sur l’île principale des Acores, Sao Miguel. Nous avons pu faire découvrir à Charles et Lucie les navigations de nuit à bord de Kerwatt !

Le lendemain de notre arrivée, nous faisons nos adieux aux deux supers matelots, désormais aguerris, qui repartent en direction de Paris. Nous profitons de nos deux derniers jours pour préparer Kerwatt à sa dernière grande navigation, se dégourdir une dernière fois les jambes dans le cratère du volcan Fogo et fêter autour d’un bon repas notre dernière escale avant le retour en Bretagne.


Nous devions aussi profiter de cette escale pour faire une visite d’une des centrales de géothermie gérées par l’entreprise EDA Renovais. En effet la géothermie couvre plus de 60% des besoins électriques de l’île. Malheureusement, les centrales étaient fermées aux visites pour cause Covid. Nous avons remplacé cette visite par une baignade dans une piscine naturelle chaude. Nous avons ainsi pu ressentir le pouvoir des points chauds et le potentiel énergétique que l’on peut en tirer ! Se baigner dans de l’eau de mer à 35-40°C : « c’était trop bien ! ».


Entre ses volcans, ses champs, ses vaches, ses vignes et ses hortensias à perte de vue les Açores ont été pour nous un des grands coups de cœur de notre aventure ! C’est avec des souvenirs plein la tête et non sans émotions que nous larguons les amarres pour notre dernière grande navigation en direction de la France !


Camille